Langues de Guyane

Vannerie et Mathématiques

Dans le sud guyanais, enseignants et parents d’élèves partagent souvent la même opinion, pour ne pas dire le même préjugé :

Il existerait une frontière étanche entre un savoir scolaire (dont on élaborerait exclusivement la construction à l’école) et un savoir familial.

Pourquoi, à l’instar du mathématicien Paulus GERDES, ne pas partir de l’hypothèse opposée ?

Les mathématiques avec ses techniques et ses vérités constituent certes un produit culturel mais elles n’en sont pas moins une activité universelle, pan-humaine2.

A ce titre, il est non seulement possible d’aménager des passerelles entre mathématique scolaire et mathématique ‘locale’ mais on peut même tirer parti de leurs fonctions éducatives, scientifiques et artistiques.

SOMMAIRE

  • Les mathématiques : nouveau domaine de recherche pédagogique
  • Points à mailles ajourées
  • Quelques motifs simples
  • Un peu moins simples…
  • Animaux
  • Carreaux et croix
  • Chenilles
  • Procédés géométriques de mise en valeur
  • Positif / Négatif
  • Variantes autour d’un même motif
  • Simple / Compliqué
  • Poissons et oiseaux
  • Autres motifs divers
  • Motifs d’ailleurs
  • Motifs inventés
  • Indiens et école en Guyane
  • Un demi-siècle d’école dans le sud guyanais : quel bilan ?
  • La vannerie chez les Amérindiens de l’est du plateau des Guyanes
Edito

Le site académique Langues de Guyane a vocation à compiler les ressources pédagogiques et la littéracie utilisées par les enseignants de/en ces langues. Ce site s’inscrit dans le fil dévidé par :

● la Déclaration de Cayenne du 18 décembre 2011 qui a clos les assises du plurilinguisme des outre-mer, en particulier au travers de sa recommandation n° 25 : « Créer un portail Internet pour les langues des Outre-mer où les outils didactiques et les ressources linguistiques seront mis à la disposition de tous. ».

● la loi de refondation de l’école (2013) qui acte la possibilité du recours aux langues amérindiennes et créoles pour l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture (article L321-4 du code de l’éducation).

● les directives ministérielles du 13 juin 2016 qui engagent à passer d’un bilinguisme de substitution actuel, confiné au cycle 1 du niveau préélémentaire, à un bilinguisme additif, généralisé sur la continuité des cycles 1 à 3 sur plusieurs écoles du territoire guyanais (Journal officiel : compte rendu intégral des travaux de l’Assemblée Nationale – XIVe législature – session ordinaire 2015 – 2016 - 1ère séance du 14/06/16).

Didier MAUREL (IEN en charge de l’enseignement des langues de Guyane)


Suivez-nous, s’informer, rechercher...

ILM Guyane
ILM Guyane
Nenge(e)-tongo
Nenge(e)-tongo

©2018 Académie de la Guyane - Tous droits réservés | Mentions légales